PNG - 1.7 ko
Les incendies se multiplient dans la ville imaginaire de Sotteville. Monsieur Bonhomme, entrepreneur de lotion capillaire peu porté sur le social, affiche un humanisme de façade et vocifère contre les méfaits des incendiaires et cette insécurité grandissante. Mais il ne sait pas refuser d’héberger dans le grenier de sa villa un repris de justice, puis un second, qui bientôt
y stockent des bidons d’essence, des détonateurs, des mèches... Sa peur de l’incendie est moins grande que sa peur d’avouer son angoisse.
Max Frisch, « le Sartre Suisse », compose ici une comédie enlevée qui n’hésite pas à s’appuyer sur les codes du boulevard pour pervertir le genre et installer au cœur de la mécanique comique, une critique virulente d’une certaine morale rendue inefficace dans la violence mondialisée et un questionnement sur nos responsabilités individuelles face au risque d’embrasement.

Pièce radiophonique de Max Frisch dans la traduction d’Yvette Z’Graggen - Max Frisch est représenté en France par l’Arche, agence théâtrale.

PNG - 1.6 ko

Social Palace

Du 24 au 28 mars 2020
Du mardi au samedi à 20 h

De Max Frisch
Mise en scène Pierre Desmaret
Collaboration artistique Arnaud Laurens
Jeu Luc Chambon, Pierre Desmaret, Vanessa Desmaret, Pauline Drach, Ivan Gouillon & Arnaud Laurens
Création sonore et musicale Arnaud Laurens
Scénographie Pierre Desmaret & Priscille du Manoir

Durée 1 h 20
À partir de 12

Autour du spectacle

Jeudi 26 mars débat animé par l’équipe artistique et FAKIR Lyon : La violence des citoyens et la violence de l’État