PNG - 1.7 ko

Aux plus adultes que nous

Un pamphlet pour l’avenir
Projet porté par la Compagnie Ariadne

Issu du projet Lab/Ado de la Cie Ariadne (laboratoire vivant de création théâtrale contemporaine), la Troupe du Tonkin présente Aux plus adultes que nous, une création issue du texte Les enfants atomiques de Samuel Gallet, auquel ont été ajoutés des extraits de Transe-Maître(s) d’Elemawusi Agbedjidji.

La pièce suit la vie d’Ewa, une jeune fille qui s’approche de la vingtaine, qui écrit une lettre aux « plus adultes » pour explorer les conséquences de leur inaction passée. Bien au-delà du réquisitoire contre les plus âgés, le spectacle produit l’effet d’une sonnette d’alarme, tirée pour avertir de la nécessité d’agir pour que les générations futures n’aient pas à porter la responsabilité des erreurs des générations passées.

Écriture : Samuel Gallet
Mise en scène : Élodie Grumelard & Benoît Peillon
Jeu : Juliette, Alfi, Amine, Camélia, Tasnime, Marwan, Lou & Gissel
Durée : 40 min

Suivi de

Après la fin

Compagnie La Nuée
Étape de travail

Après une explosion nucléaire, Louise et Mark, deux collègues de travail, se retrouvent confinés dans l’abri anti-atomique de ce dernier, avec pour subsister un peu d’eau, quelques boîtes de conserve... et le jeu « Donjons et Dragons ».
Condamnés à rester enfermés pour un temps inconnu, les protagonistes vont voir leur relation peu à peu se dégrader. Avec le rationnement imposé par Mark, la tension psychologique s’intensifie...
Commence alors une lutte de chacun pour sa survie. Survivre à l’enfermement mais surtout, survivre à l’autre.

De Dennis Kelly
Mise en scène : Pierre-Olivier Drémont
Jeu : Fabien Croset & Louise Paquette
Durée : 30 min

Suivi de

Jeux de massacre

Par les élèves du 3e cycle COP du Théâtre de l’Iris - ENMDAD

L’histoire : Une petite ville est brusquement décimée par une épidémie qui touche tout le monde. Comme au théâtre, il faut hâter les choses, un virus a le bon esprit de permettre des raccourcis. Tout le monde y passe et repasse jusqu’à une fin explosive !
La jeune troupe se jette dans ce champ de bataille avec une générosité et un sens du collectif nourri de leurs singularités très prometteuses ! Tour à tour, lyrique, pathétique, grotesque et absurde, l’écriture de Ionesco nous emporte et nous contamine par la vitalité et l’allégresse qu’elle soulève.
Ce qui intéresse l’auteur, ce n’est pas tant l’épidémie elle-même que la réaction des hommes face à la mort. Panique, folie contagieuse, fuite, hystérie burlesque collective, tout y est. Et quand le politique s’en mêle, c’est encore pire car il manipule le peuple. Il faut bien trouver des responsables…
Ionesco disait « Si on tuait la politique on tuerait le mensonge ». À travers la crise sanitaire que nous traversons, et sa gestion par nos dirigeant·e·s, nous pouvons aujourd’hui mesurer que cela n’a pas changé. Place à ces joyeux jeux de massacre !

De Eugène Ionesco
Mise en scène : Agnès Larroque
Jeu : Charlotte Allard, Louise Baud, Julien Buvat, Antoine Catinaud, Louise Dailloux-Masiuk, Letizia De Vos, Clélia Dupasquier, Romain Dzian, Guillaume Gladieux, Julia Heye, Pablo Le Magoarou, Mathilde Rock & Sébastian Touzet

PNG - 895 octets

Samedi 2 octobre à 19h30
Tarif unique : 5 €
Restauration possible sur place
(sous réserve des conditions sanitaires)

En résonance